Catégorie : Financement

De bonnes nouvelles du Fonds Harold Greenberg

Nous sommes ravies d’annoncer la sélection de deux de nos projets de longs métrages fiction pour des aides en développement du Fonds Harold Greenberg. Félicitations aux auteurs!

Tout d’abord, notre projet d’adaptation du roman Rivière-au-cerf-blanc de Véronique Drouin, publié aux Éditions Québec Amérique, a obtenu une aide à la prise d’option. Le projet sera scénarisé par Charles Dionne (Jusqu’au déclin, 2020).

Rivière-au-cerf-blanc raconte l’histoire d’Estelle, étudiante en histoire de l’art, qui prévoit faire une expédition en pleine nature avec son conjoint afin de se changer les idées avant de reprendre les cours. Elle s’attendait à réparer son couple à la dérive, mais pas à ce que de mystérieuses installations artistiques de plus en plus morbides surgissent au beau milieu de la forêt. Jamais le land art n’a pris de si macabres allures… Pourra-t-elle y échapper?

Le second projet de film a, quant à lui, obtenu une aide à la scénarisation et il s’agit de L’âne d’or, écrit par Olivier Asselin et Lucille Fluet. Ce projet revisite de manière inventive une tradition narrative très ancienne : les fables milésiennes du 4e siècle avant J.C. dont s’est inspiré l’écrivain Apulée – 2e siècle – pour la rédaction de Métamorphoses, roman également connu sous le titre de L’âne d’or, où un protagoniste traverse une série d’aventures qu’aucune existence humaine n’aurait pu connaître dans la réalité. 

L’âne d’or raconte l’histoire de Randall, un multimilliardaire qui a tout ce qu’on peut désirer. Il a aussi peur de mourir. Un jour, il croise Candide, une femme dans la cinquantaine, ingénue et célibataire, qui travaille comme préposée aux bénéficiaires dans un hôpital privé. Pour elle, qui attendait le grand amour, c’est le coup de foudre, pour lui, pas grand-chose—pour l’instant. Lors d’une séance de spiritisme qui tourne mal, Randall est déclaré cliniquement mort. Dans les limbes, il rencontre le diable et, après négociation, il obtient la vie éternelle. Mais il est réincarné dans le corps d’un âne dans un bidonville de la Sierra Leone. Il entre alors dans un cycle de réincarnations qui l’amène à parcourir le monde et force Randall à expérimenter la souffrance que génère le capitalisme sauvage. Candide, qui croit aux esprits, part à la recherche de l’âme de Randall pour la ramener à son corps avant qu’on ne le débranche. Chemin faisant, Randall et Candide vont prendre toute la mesure du capitalisme global où tout est lié. À cette occasion, Candide va perdre peu à peu quelques illusions, mais Randall, lui, restera fidèle à lui-même.

Pour voir tous les projets sélectionnés, c’est ICI.

« SHE WARNED US… » en financement du côté anglophone

Attendu depuis longtemps, ce premier long-métrage que devait nous livrer la cinéaste Izabel Grondin n’a pas reçu l’aide escomptée du Québec, mais il pourrait en être tout autrement du côté anglophone. Ainsi, She Warned Us…, un thriller/survival adapté librement du roman de Madeleine Robitaille, Le quartier des oubliés (Éditions de Mortagne), aurait de belles ouvertures chez nos voisins du sud. 

À ce propos, la réalisatrice Izabel Grondin résumait la situation par rapport à la production:

“Nous avons fait traduire le scénario, on a révisé les dialogues, changé le titre, l’affiche, ainsi que le démo promotionnel, c’est un tout nouveau départ pour le film! On y a toujours cru et on y croit encore. C’est sûr que j’aurais adoré le faire dans ma langue, avec mon monde, ma culture, mais je veux qu’il se fasse. Je ne me suis jamais fermée à cette option. Je développe d’autres longs-métrages en parallèle, mais pas question d’ignorer de nouvelles avenues.” 

Parmi ces projets, notons Hors-Piste, dont l’écriture a bénéficié d’aides en développement de la SODEC et de Téléfilm Canada. Produit par Christine Falco des Films Camera Oscura, qui recevait récemment le Prix Iris pour le “Meilleur court-métrage de fiction” pour le film Juste toi et moi ainsi que celui du “Meilleur montage film documentaire” pour Ziva Postec. La monteuse derrière le film Shoah.

Parmi les projets à venir pour Izabel Grondin, un 18e court-métrage dont elle peut maintenant donner le titre et qu’elle compte tourner dès que les tournages seront possibles: Fortune Cookie, une comédie noire qui raconte l’effondrement d’un couple suite à un hasard incroyable.

L’ÈVE FUTURE au marché Frontières

Le cinéaste Olivier Asselin (photo de Myriam Baril-Tessier)

L’ÈVE FUTURE, un projet de long métrage réalisé par Olivier Asselin et coécrit avec Lucille Fluet fait partie de la Sélection officielle du marché Frontières qui se déroule durant le Festival international de films Fantasia, et qui se tiendra du 18 au 21 juillet 2019. Les projets sélectionnés participent au Pitch et aux rencontres avec des partenaires potentiels de coproduction et de distribution.

La liste des 20 projets sélectionnés

AU BRAS-DU-LAC financé par la SODEC

La direction générale du cinéma et de la production télévisuelle de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) soutiendra sept projets de courts métrages de fiction dans le cadre de son programme d’aide à la production (volet 2, court et moyen métrage de fiction), à la suite du dépôt du 20 février dernier, dont Au Bras-du-lac, écrit et réalisé par Caroline Mailloux, produit par Christine Falco et Vuk Stojanovic pour les Films Camera Oscura, et distribué par H264 Distribution.

Au Bras-du-lac, c’est l’histoire d’une enfant qui devient grande. À 11 ans, Claudia vit des événements bouleversants durant une journée imprégnée du plaisir d’être à la plage. Dans une ambiance fantasmagorique et sensuelle, entre la baignade et les jeux, la nature aquatique envahissante et le mystère de la crique interdite, l’explosion de sa famille et une rencontre improbable transformeront Claudia.

© 2020 Films Camera Oscura

Thème par Anders NorenHaut ↑